X-Men

X-Men

Ma grande est une X-Men… c’est quoi ça ?

Ma fille est une enfant différente… tout simplement !  Elle a des capacités extraordinaires qui sont, dans notre société, reconnues comme des difficultés.  Les X-Men sont appelés affectueusement ainsi par Access Consciousness(R). Ce sont les enfants et adultes étiquetés TSA, TDAH, TOC ou handicapés.  Ce sont des personnes qui n’aiment pas être touchés, qui n’aiment pas regarder l’autre dans les yeux, qui ne sont pas très intéressés à communiquer.

Notre petite histoire.

Ma fille a une dysexécution des fonctions exécutives (lobe frontal) avec le tdah, le toc, la dyslexie, dysplasie et dyscalculie.  Ce qui fait qu’elle peut paraître assez compliquée.. et ajouter à tout ça un beau langage très coloré !

Bref, depuis qu’elle a 5 ans, je dois me battre pour avoir des services, car elle n’a pas de diagnostic assez précis pour le gouvernement. Comme elle ne cadre “nulle part”, on me dit clairement : “Désolé madame, on ne peut rien pour votre fille.”

Pour moi, il a toujours été clair que je n’allais jamais baisser les bras malgré ses difficultés et ses bêtises. C’est ma fille et je serai toujours là pour elle.

Une évolution inespérée !

Dernièrement, elle a passé tout près de la mort. Elle a été opérée d’urgence pour une grave infection à l’abdomen. Je vous passe les détails, mais depuis sa sortie de l’hôpital, je lui fais des séances d’Access Bars(R) de 20 minutes.  Depuis, il y a tout plein de petits miracles. D’ailleurs, avant de lui donner cette technique, elle refusait tout aide et surtout d’être touchée. Il y a déjà une grande évolution.  Ses actions démontrent davantage de gentillesse et de reconnaissance et je la trouve plus calme. Ma relation avec elle s’améliore de jour en jour.

J’ai envie de dire aux enfants et adultes X-Men : “Tu n’as pas tort : tu es différent !”

Pour ma fille, la technique Access Bars(R) a permis de nouvelles ouvertures et de nouvelles possibilités. Cette technique m’a fait également cheminer à tous les niveaux. Je perçois la vie autrement ! Aujourd’hui, je désire aider chaque personne à prendre conscience de ses propres capacités : les différences sont aussi des forces.

 

 

Nadine Lafond est mère de trois enfants de 24, 22 et 7 ans.  Elle est facilitatrice Access Bars dans Lanaudière et passionnée par le bien-être des enfants et des adultes.

 

 

 

Comment j’ai guéri de la fibromyalgie ?

Comment j’ai guéri de la fibromyalgie ?

Et de la dépression, du côlon irritable, et des extinctions de voix…

Il y avait une petite flamme à l’intérieur de moi qui me disait de garder espoir. Que ça ne se pouvait pas. Que je n’allais pas passer va vie comme ça, à souffrir dans ma tête et dans mon corps, à dépendre de la médication pour m’aider à « gérer la misère ». J’avais 33 ans lorsque j’ai enfin trouvé ce qui allait fonctionner pour moi et me permettre d’être bien avec moi-même.

Depuis plusieurs années, je vivais l’enfer. Je n’y comprenais rien, moi qui faisais tout pour être en santé. Pourquoi tout ça ? Pourquoi se lever avec un niveau d’énergie sous zéro ? Pourquoi souffrir tout le temps ? En position assise, debout,  en restant couchée avec des étourdissements et un mal de tête épouvantable. Je supportais à peine mes vêtements, car j’avais des douleurs aiguës aux nerfs (nerfs sciatiques, entre autres).  L’ensemble des symptômes m’empêchaient de cuisiner… car même ma vision était embrouillée !

Comment m’occuper de mes deux bébés alors que je ne m’endurais pas moi-même ?

J’ai tout essayé !

En plus de la médecine traditionnelle, j’ai reçu plusieurs traitements d’ostéopathie, de physiothérapie, d’accupuncture, ergothérapie, etc. Je consommais des aliments biologiques, vivants et j’étais suivie par une homéopathe. J’ai aussi tenté l’alimentation hypotoxique pendant plusieurs mois. Je faisais Essentrics (yoga, pilates, tai chi) et quelques minutes de marche si je le pouvais.

Malheureusement, dans mon cas, les bénéfices étaient très éphémères et cela m’a épuisée moralement et physiquement.

Je n’avais qu’une idée en tête : celle de guérir pour vivre. Les experts ont tenté de me décourager alors qu’ils n’avaient jamais vécu  ces maladies de l’intérieur. Ils disaient qu’il n’y avait rien de valable pour régler le problème définitivement. Certains m’ont même jugée et me jugent encore, car ils ne croient pas que l’on peut s’en sortir et cesser graduellement la médication. (Cela m’a pris 16 mois, c’était très graduellement.)

Plus jamais ça !

C’état ma dernière chance : un traitement de résonance sonore et du coaching qui permettent de guérir de l’inguérissable (fibromyagie, dépressions répétitives, anxiété, etc). Je n’avais plus rien à perdre. Dès le début, j’ai su qu’une nouvelle aventure commençait : une aventure de choix, de liberté et de bien-être. J’ai réapproprié mon corps tranquillement, un jour à la fois. J’ai pris conscience des mémoires individuelles, des mémoires transgénérationnelles et des programmations. J’ai travaillé sur moi-même en m’engageant sur le chemin dune vie moins compliquée, moins pénible, sans étourdissement, douleur ou fatigue. J’ai aussi reçu les Access Bars® et cela m’a permis de me libérer totalement à tous les niveaux (corps, coeur et pensées).  J’ai retrouvé une force musculaire, un cycle de sommeil régulier et ma joie de vivre !

Je suis passée par là.

Je connais les véritables tempêtes et je témoigne afin d’encourager ceux qui désirent vivre autrement. Le quotidien n’a pas à être lourd. Mon expérience confirme qu’un changement vers une vie plus harmonieuse est réalisable, malgré les nombreuses années sombres.  Peu importe la situation de départ : c’est possible. Bien sûr, changer nécessite confiance, détermination, courage et espoir, mais je souhaite que chacun puisse utiliser sa petite flamme pour choisir sa vie.

Maintenant, j’apprécie les vagues de l’existence et le cadeau des épreuves… qui ne sont en fait qu’un passage vers autre chose. J’utilise de merveilleux outils qui m’ont transformée et qui continuent de me faire évoluer. Je continue de prendre soin de moi et de bien m’alimenter.  Je profite de la vie, tout simplement. Je peux enfin apprécier les moments avec mes enfants : manger en famille, aller à la chasse aux sauterelles, “jaser” dans le lit avant qu’ils s’endorment, sourire lorsqu’ils font les petits comiques… Disons que je n’ai pas toujours été comme ça !

Grâce à des approches récentes, guérir de l’inguérissable est plus accessible que jamais.

C’est à mon tour de tendre la main aux enfants et adultes qui sont prêts à s’offrir un meilleur quotidien.  J’ai le privilège d’accompagner avec empathie, connaissances et passion, ceux qui comme moi, sont prêts à se libérer de leur fardeau, à s’épanouir et à choisir le chemin de la simplicité…

Merci la vie.

Véronique Leblanc, fondatrice de Simplicité familiale

Qu’est-ce que la technique Access Bars(R) ?

Contactez-nous !

Dr Hope révèlent les effets positifs d’Access Bars sur l’anxiété.

Dr Hope révèlent les effets positifs d’Access Bars sur l’anxiété.

Access Bars® – Access Consciousness®


  Recherches scientifiques



Une recherche scientifique menée par le Dr. Terrie Hope PhD, DNM, CFMW, publiée dans  Journal of Energy Psychology : Theory, Research and Treatment, de novembre 2017, a révélé qu’une séance d’Access Bars® de 90 minutes offre une diminution significative de la gravité de la dépression et de l’anxiété. À partir des résultats de 4 questionnaires standardisés scientifiquement valables et en mesurant les ondes cérébrales à l’aide d’une cartographie cérébrale (QEEG), le Dr Hope a découvert dans son étude qu’Access Bars® réduisait, en moyenne, la gravité des symptômes d’anxiété de 84,7% et de 82.7% dans les cas de dépression. Les résultats des mesures d’ondes cérébrales avant et après une séance de Bars® ont démontré une augmentation de la cohérence du cerveau pour tous les participants ce qui indique un changement vers un état normal après la séance.

La cohérence des ondes cérébrales est associée à la communication entre les régions du cerveau et les chercheurs ont trouvé qu’une cohérence optimale du cerveau est corrélée à de nombreuses choses, comme l’intelligence, les capacités d’apprentissage, la vigilance, le temps de réaction et la créativité.

La diminution significative en gravité démontrée dans cette recherche suggère qu’Access Bars® pourrait être efficace en tant que traitement pour l’anxiété et la dépression. Le Dr Hope prévoit réaliser une recherche plus approfondie dans un avenir proche.


Édition anglaise du journal : https://energypsychologyjournal.org/abstracts/abstracts-volume-9-number-2-november-2017/effects-access-bars-anxiety-depression-pilot-study/

Le neuroscientifique, Dr Jeffrey Fannin a également effectué une recherche sur 60 participants en étudiants les effets neurologiques d’Access Bars® sur ceux-ci. En mesurant les ondes cérébrales avant et après une séance de Bars®, il a découvert que les effets neurologiques positifs étaient similaires à ceux éprouvés par des pratiquants expérimentés de la méditation, et que ces résultats se produisaient immédiatement. La vidéo ci-dessous a été filmée lors de la Conférence “Secret Knock” de San Diego, États-Unis, en mars 2015 et vous présente cette analyse en compagnie du Dr Dain Heer et Gary Douglashttps://www.youtube.com/watch?v=DgGbFRjqQPk

 

Annie Sauvageau

Annie Sauvageau

Facilitatrice Access Bars®

Jouets rangés : enfants plus concentrés.

Jouets rangés : enfants plus concentrés.

Il est distrait pendant sa routine du matin.  Il demande constamment votre attention. Il joue peu seul. Est-ce que les nombreux jouets peuvent nuire à votre enfant ?

Dans une maison, les distractions sont nombreuses : le petit frère qui pleure, les écrans allumés, le téléphone qui sonne, les jouets qui traînent partout… Tout cela comble l’espace mental et l’empêche de se centrer sur sa routine et ses devoirs. Un environnement chargé peut aussi le détourner de ce qui est essentiel pour son développement: le jeu engagé.

Les distractions

En tant qu’adulte, je me rends compte de l’effet de la surcharge visuelle lorsque j’ai quelques articles à acheter. Je me fais une petite liste mentale mais, c’est immanquable, les tablettes bondées des commerces me font « oublier » ce que je veux vraiment et me distraient de ma liste. Mon cerveau est bombardé d’images et garder le focus sur ce qui m’intéresse me demande un effort incroyable. Mes capacités de concentration semblent défectueuses et je n’ai plus accès à ce que je viens vraiment chercher. Terminer mes achats sans rien oublier est un défi et je réalise à quel point l’espace physique peut encombrer mes pensées.

Aucun jouet ne l’intéresse.

L’enfant est en développement ; ses capacités sont donc en construction.  Il pourra se concentrer de plus en plus en grandissant et aura plus facilement accès à ses pensées.  La majorité de ses “nouvelles” capacités s’acquièrent par le jeu libre.  Toutefois, trop de stimuli démotivent l’enfant et nuisent à l’émergence du jeu libre.  Cela se manifeste par différents comportements :

Il passe d’un jouet à l’autre, en butinant sans grand intérêt.

Il ne joue pas seul.

Il cherche à être diverti par les écrans.

Il est distrait pendant ses devoirs et sa routine.

 

Tout simplement…

Plus l’environnement sera purifié, moins son attention sera fractionnée.   En diminuant le nombre de jouets que l’enfant voit, celui-ci retrouve la possibilité de créer son monde, d’utiliser sa créativité et d’intégrer son vécu. Il peut alors anticiper ses actions, trouver des solutions à ses problèmes, collaborer avec sa fratrie et retrouver le plaisir de jouer pendant des heures… et entraîner ses capacités d’attention.  En éliminant l’excès, le milieu de vie devient plus calme, plus harmonieux.

 

Viser moins…

Réduire les stimuli visuels et sonores est un premier pas important pour offrir  un milieu de vie sain et adapté aux petits. C’est une manière réaliste et concrète de libérer l’espace physique et mental.  Le sentiment d’être submergé peut être réduit par des actions simples et positives:

  • Recouvrir les bacs à jouets d’un voile.
  • Utiliser des paniers sur les tablettes.
  • Réduire le nombre de cadres sur les murs.
  • Cacher les appareils électroniques dans les tiroirs.
  • Enlever les piles des jouets qui clignotent ou qui sont bruyants.
  • Éteindre les écrans lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
  • Libérer les comptoirs, les commodes et les planchers.
  • Diminuer la quantité de jouets en donnant ceux qui ne sont pas utilisés régulièrement.

Un foyer plus paisible.

En se libérant des jouets qui ne rentrent plus dans le coffre, de ceux qui sont brisés, délaissés ou bruyants, les enfants ont davantage d’espace pour bouger et pour créer.  Lorsque les comptoirs, les murs et les planchers sont moins chargés, c’est toute la maison qui devient plus paisible pour les sens. L’enfant aura accès à ses propres ressources. Il se mettra à se confier à vous (hey, tu sais quoi maman, l’enseignante a dit que…). Il sera davantage intéressé par ses propres jouets. Il pourra aussi porter son attention à la bonne place, au bon moment.

Vous verrez aussi qu’une maison désencombrée allège le rangement, facilite l’écoute des consignes, la routine et les devoirs tout en favorisant le calme intérieur !

Véronique Leblanc. Coach familial, coach TDAH, conférencière, enseignante et passionnée par l’enfance, elle est une mère engagée envers le respect des besoins des enfants. Elle encourage un mode de vie sain en famille en informant et conscientisant sur les jouets, les écrans, le rythme de vie et la parentalité positive.

Êtes-vous satisfaits de votre quotidien ?

40 toutous, 4 camions… Les jouets qui se multiplient.

40 toutous, 4 camions… Les jouets qui se multiplient.

Avez-vous plusieurs exemplaires du même jouet ?

Il aime son camion de pompier, pourquoi ne pas lui en offrir un de plus ? Avec deux camions, il sera sûrement deux fois plus heureux.

L’intention de l’adulte est évidemment de faire plaisir à l’enfant en offrant un objet et, puisqu’il montre déjà de l’intérêt envers les camions, les risques de se tromper sont faibles.  Mais, le fait d’avoir plusieurs versions du même jouet produit un effet inattendu : une pile de toutous qui n’ont même plus de prénom, des robes de princesse dans le fond d’un tiroir, et deux camions immobiles.

C’est trop pour moi !

La multiplication des jouets incitent au désengagement émotionnel.  L’enfant trouve la tâche trop lourde : “Comment m’occuper de tous ces jouets ?  Il y en a tellement que je n’y arriverai jamais.  Plutôt les laisser de côté.”  L’espace devient encombré. L’enfant est surchargé: il a l’impression de perdre le contrôle.

Imaginez que vous avez 10 bébés.  Vous devez les habiller, les changer, leur parler, les nourrir quotdiennement… Vous sentez-vous débordés par la tâche ? L’enfant qui a 10 poupées sent que son travail est lourd et qu’il n’y arrivera pas.  Tandis qu’une seule poupée lui permet d’imiter ses parents et d’en prendre bien soin.

Diminuez son stress.

Il est suggéré de garder seulement les jouets avec lesquels l’enfant vit une relation, c’est-à-dire, ceux qui sont le plus utilisés.  Ainsi, quelques jouets restent accessibles en tout temps : deux robes de princesse plutôt que trente, un tracteur plutôt que cinq, etc. Les autres exemplaires sont mis dans une section réservée aux journées spéciales.  Ainsi, la quantité réduite devient plus facile à gérer (moins stressante) et l’enfant ne sent sent plus débordé par la tâche.

Tout simplement…

En éliminant les autres jouets, ceux qui se sont multipliés avec le temps, l’enfant retrouve le plaisir de s’engager dans le jeu libre.

 

Simplicité familiale : Redécouvrez l’enfance dans votre foyer.

Véronique Leblanc. Coach familial, coach TDAH, conférencière, enseignante et passionnée par l’enfance, elle est une mère engagée envers le respect des besoins des enfants. Elle encourage un mode de vie sain en famille en informant et conscientisant sur les jouets, les écrans, le rythme de vie et la parentalité positive.