Les bébés ne connaissent pas les coutumes de notre planète.

Les bébés ne connaissent pas les coutumes de notre planète.

Si l’on en croit un récent best-seller, les hommes viendraient de Mars et les femmes de Venus. Pour ce qui est des bébés, les experts pensent maintenant qu’ils viennent de quelque part près de la Voie lactée. Ce qui expliquerait que lorsqu’ils arrivent sur Terre, ils sont affectés d’une sorte de “jetlag” cosmique, et ne connaissent absolument rien des coutumes et styles de vie terriens.


Les Terriens, qu’ils soient de Mars ou de Vénus, sont très troublés de voir ces nouveaux arrivants ne pas se conduire tout de suite comme le font les Terriens adultes : manger selon un rythme terrien, dormir quand la nuit tombe, etc. Les Terriens sont très surpris de voir leurs tout-petits, naturellement synchronisés sur le temps de la Voie lactée, se conduire d’une façon pourtant tout à fait normale pour des citoyens de la Voie lactée.
Parents terriens, notez bien : vos bébés se conduisent parfaitement normalement pour des Voie-lactiens ! Les citoyens de la Voie lactée mangent toujours toutes les deux heures. Ils dorment le jour et sont debout la nuit. La nuit est faite pour s’amuser et rencontrer les amis. Si malgré tout, un Voie-lactien dort la nuit, il ne le fait qu’en groupe, comme les chiots, par peur du Monstre lacté qui attaque les petits Voie-lactiens quand ils sont seuls dans l’obscurité.

 

Laissés tout seuls, ils ont peur et appellent à l’aide.

Quand ils arrivent, ils ne parlent pas un mot de français, ni d’anglais, ni d’aucune autre langue terrienne. Ils essayent de communiquer en langage voie-lactien, mais les Terriens ont beaucoup de mal à les comprendre. Parfois, au lieu de l’admettre, les Terriens préfèrent dire que c’est bon pour les poumons du Voie-lactien que de parler tout seul dans sa chambre pendant des heures.
Quand un petit Voie-lactien arrive sur Terre, il est important de comprendre d’où il vient, et de l’accueillir avec respect. Souvenez-vous qu’il a besoin de temps pour s’adapter à une nouvelle culture. Il a besoin d’amour et de patience. Il a besoin d’être avec des Terriens qui écoutent son langage en même temps que lui essaie d’apprendre le leur.

Les nouveaux parents doivent comprendre que le petit Voie-lactien ne se réveille pas la nuit pour les rendre fous : c’est juste sa façon d’être.

Un jour, il comprendra qu’être debout la nuit n’est autorisé que pour les étudiants, les célibataires et ceux qui doivent travailler de nuit, comme les infirmières et les serveuses. Il apprendra à manger à des heures qui conviennent aux Terriens. Ce concept prendra un long moment à être assimilé parce que la meilleure nourriture pour le faire grandir en bonne santé, à savoir le lait vénusien, se digère très rapidement.

Si on le presse trop, le bébé voie-lactien risque de ne pas avoir confiance en sa nouvelle planète et de mettre plus longtemps à devenir un petit Terrien indépendant.

S’il a de la chance, il trouvera un foyer avec des Terriens qui apprécieront ses qualités voie-lactiennes et se réjouiront de ses premières semaines si spéciales sur Terre, quand le bébé est tout neuf. Bientôt, il deviendra un vrai Terrien, mangera comme un Terrien, dormira comme un Terrien. Il est dangereux pour sa santé mentale et son bien-être de vouloir accélérer la transition.

Ayez confiance, ça arrivera en son temps.

Source : Ann Calandro, Waxhaw, Caroline du Nord, paru dans North Carolina’s Rocking Chair, printemps 1998.

Mon enfant est agité et dérange. Comment l’aider à se calmer ?

Mon enfant est agité et dérange. Comment l’aider à se calmer ?

Votre enfant se roule par terre au lieu de faire sa routine. Il détruit les constructions des autres. Il prend le jouet de sa soeur sans le demander. Il crie de façon exagérée. Comment le calmer sans crier, sans répéter et sans punir ?

Les enfants communiquent avec leurs émotions avec leur corps: pleurer, crier, frapper, bouder, détruire… Leurs comportements nous indiquent qu’ils ont besoin de repères et que l’adulte doit aider l’enfant à retrouver la “bonne” voie à suivre. Le principe de la maman baleine, c’est-à-dire être proche et calme de l’enfant, va dans ce sens.  Il utilise le corps et le coeur pour communiquer avec l’enfant plutôt que la tête (les pensées, les réflexions, le jugement). Cela correspond aux besoins de se “reconnecter” à la figure d’attachement. L’enfant est alors recentré, calmé et il se sent compris par l’adulte.

Le silence est d’or.

Les enfants sont différents des adultes. Leur cerveau n’est pas encore mature pour comprendre les paroles et les explications.  Elles glisseront sur lui, sans provoquer l’action voulue, car elles ne sont pas appropriées à leur stade de développement :

  • Pourquoi as-tu fait ça ? Qu’est-ce que je t’avais dit ?
  • Viens mettre tes bottes.  Il fait froid à l’extérieur et je ne veux pas que tu sortes comme ça.
  • Ne cours pas. Tu pourrais te faire mal.
  • On ne saute pas sur le sofa. Tu vas briser les coussins.
  • Je t’ai dit de ne pas lancer les jouets. Tu peux les casser et faire mal à ta soeur. Ce n’est pas gentil.
  • Calme-toi, tu es trop excité.
  • Quand tu cries, tu fais de la peine à maman.
  • Allez, ferme ta tablette.  Ce n’est pas bon pour toi.  Tu devrais aller jouer dehors.
  • Je suis pressée.  Dépêche-toi de faire ta routine du matin.  Ton frère est déjà prêt.

Comment aider un enfant agité, turbulent ou dérangeant ?

Il est possible d’orienter l’enfant en restant fidèles à nos valeurs de respect, de patience et d’empathie. C’est ce que propose le principe de la maman baleine.

1-Dire à l’enfant « Viens ici. » ou aller vers lui. Lorsque l’enfant s’oriente vers l’adulte, il “sort” automatiquement de son comportement indésirable.  La transition vers le calme est déjà amorcée.

2-Répéter, si nécessaire, sur le même ton calme, ferme et patient “Viens ici” sans rien ajouter.  Par exemple, si l’enfant dit « Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce que j’ai fait ? », nous répétons simplement la même phrase “Viens ici.” sans donner d’explications.

3- Faire une pause ensemble (adulte-enfant) et rester proche de l’enfant (maximum 1 mètre de distance).  L’enfant s’apaisera en se synchronisera à la “maman baleine”, à sa figure d’attachement. Les hormones de bien-être sont produites. Faire un câlin, l’asseoir sur nos genoux, le toucher si possible.  L’adulte peut aussi respirer doucement, sans exiger d’être imité. “Reste avec moi un petit peu.” Ne rien ajouter, aucune reproche ou consigne. Garder le silence et rester près pendant environ 1 minute.

4-Se fier à l’instinct parental pour savoir si l’enfant est prêt,  Puis, l’orienter vers la prochaine action.  Exemples : “Viens dans la salle de bien.  C’est l’heure de brosser tes dents.”  “Tu peux retourner jouer.” ou “À quoi veux-tu jouer maintenant? “.

5-Accompagner l’enfant si nécessaire. Exemple : Pour un enfant a enlevé le jouet de sa soeur, on va l’accompagner pour qu’il intègre tranquillement la bonne façon de demander le jouet.

Une situation concrète : l’habillement du matin.

-Viens mettre ton manteau.

L’enfant commence à se rouler par terre, à s’éloigner de l’adulte et du vestiaire.

1-L’adulte va près de l’enfant et dit : ” “Viens ici.”

L’enfant continue son comportement.

2-L’adulte répète calmement en s’approchant : “Viens ici.” Et le prend doucement.

3-Il lui fait un gros câlin (ou touche sa main gentiment) et ne dit plus rien (environ 1 minute).

4-Il regarde l’enfant dans les yeux et dit : “Viens, je vais t’aider à mettre ton manteau.”

5-Il guide l’enfant en restant près de lui.  Il peut aussi utiliser l’humour.

Il dit “Bravo” et fait un geste pour le féliciter d’être prêt à sortir.

Bonne pratique !

Ces étapes demandent un certain effort de l’adulte  qui doit se remettre en question :  Pourquoi ça ne “fonctionne” pas ?  Est-ce que mon ton et ma posture sont justes ?  Est-ce que j’y croyais vraiment ?  Qu’est-ce que je peux améiiorer de mon côté ?  

C’est avec la pratique que le principe de la maman baleine s’intégrera au quotidien.  L’enfant, petit ou grand, s’orientera vers le comportement désiré sans menaces, frustration ou récompenses (jouets, autocollants).  C’est un premier pas vers l’autodiscipline !

Véronique Leblanc. Coach familial, coach TDAH, conférencière, enseignante et passionnée par l’enfance, elle est une mère engagée envers le respect des besoins des enfants. Elle encourage un mode de vie sain en famille en informant et conscientisant sur les jouets, les écrans, le rythme de vie et la parentalité positive.

Découvrez comment appliquer vos valeurs dans votre foyer.